Nom Nom Apocalypse est un jeu de tir en vue du dessus et un roguelite (la version allégée du roguelike) qui trempe dans un univers cartoonesque et post-apocalyptique plein de sauce frites, envahi par de la nourriture mutante. Il est développé et édité par le studio Deadleaf Games, fondé en 2017 et composé d’une seule et même personne : Josh Sacco.

Nom Nom Apocalypse

Genre : Top-down roguelite shooter
Développeur : Deadleaf Games
Éditeur : Deadleaf Games
Plateforme : Windows, Mac
Testé sur : Windows
Langues : Français, anglais (+ 5 autres)
DRM : Steam
Date de sortie : 13 février 2020

Trailer

Présentation du jeu

Le jeu se joue à un seul joueur, en coopération locale (écran partagé) ou via le remote play de Steam (mais je n’ai pas d’amis). Il est compatible manette, mais je l’ai testé avec le couple clavier-souris. J’avoue avoir un peu galéré, notamment car il n’est pas possible de redéfinir les touches de raccourcis.

Vous incarnez un personnage dont les caractéristiques varient en fonction de celui choisi (et surtout son pouvoir spécial) parmi une liste limitée, que vous étendez en terminant des succès précis (tuer un certain nombre de monstres ou de combos). Plus vous avancez, plus vous cumulez de la monnaie pour acheter des améliorations, que vous équipez ensuite par trois, au maximum, pour obtenir des avantages sur le terrain (plus de vie, récupérer de la vie en ramassant des objets, aide à la visée, se déplacer plus vite, résister aux pièges…). Au fur et à mesure de votre progression, vous ramassez aussi différentes nouvelles armes et pouvez en équiper jusqu’à 3, au maximum (vous lâchez l’arme active pour la remplacer par celle que vous récupérez).

Il manque la sauce piquante

Si l’univers est très cohérent avec toutes ses références à la nourriture (métier des personnages, armes, écrans de chargement, …) et qu’il est sympa à découvrir, il est très rapidement répétitif. Les niveaux, quoique générés aléatoirement, se ressemblent assez vite après quelques parties. J’ai quand même pu constater des univers différents : dans la rue, dans ce qui ressemblait à une école et dans les égouts (il semble qu’il y en a 5 au total). L’ordre entre les univers n’est pas toujours identique. Le principe est lui aussi très répétitif : vous enchaînez quelques niveaux, vous êtes bloqués par une porte fermée à clé, vous trouvez une clé, vous ouvrez la porte, vous tuez le boss. La bande-son n’aide pas non plus, on remarque après seulement quelque temps la boucle de répétition.

N’étant pas spécialement un habitué du genre ou même des jeux de tirs en général, je n’ai pas trouvé très complexes les combats de boss. En se tenant à bonne distance, il est facile de voir arriver les mécaniques et projectiles, de les éviter, tout en continuant à tirer. 

Replay

On aime

  • L’aspect graphique tout mignon
  • La rejouabilité avec les classements, les succès et le déblocage de nouveaux personnages
  • La cohérence de l’univers
  • Les jeux de mots culinaires bien trouvés

On n'aime pas

  • L’aspect trop répétitif, le manque de diversité des univers
  • La difficulté quasi absente des boss
  • La diversité très limitée des armes

Rédaction : Thoanny
Correction : Brume & Deathmortus

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

À lire aussi...

Jeux vidéo

Torchlight III

J’ai de bons souvenirs de Torchlight I et II, même si je n’y ai pas joué tant que ça. J’y ai d’ailleurs joué bien avant

Lire la suite »
Jeux vidéo

Darksburg

Le 10 juillet 2018, Shiro Games annonce sur Twitter, travailler sur un nouveau jeu. Plus de deux ans plus tard, sort : Darksburg.

Lire la suite »
Jeux vidéo

Cyberpunk 2077

Ne vous faites pas d’illusions. Je sais exactement ce que vous êtes en train de faire. Oui, même vous, là-bas. La plupart d’entre vous n’ont pas la patience de parcourir près de 5.500 caractères de texte explicatif alors que juste l’envie de zapper l’article vous titille le bout des doigts. Pas de blagues stupides, c’est sérieux. Il s’agit de Cyberpunk 2077, après tout !

Lire la suite »